Comment transmettre l’histoire de sa famille quand des mystères subsistent ? Florence Charlet s’est lancée dans une enquête familiale sur ses origines. Un test ADN mène sa famille sur la piste des secrets bien gardés de sa grand mère. Elle a écrit le livre « Des Vies » grâce à la persévérance de son entourage. Et au hasard des rencontres, de la Touraine jusqu’en Nouvelle-Zélande ou au Canada. Un dénouement heureux pour une histoire singulière, sur laquelle elle témoigne ici.

RAVIVE : Quel fut le point de départ de votre projet d’écriture ?

Florence Charlet : Ce projet s’imposait presque à moi, afin de faire connaitre l’histoire absolument exceptionnelle de la vie de ma grand-mère. Comment transmettre l’histoire de sa famille quand des mystères subsistent ? En effet, l’histoire de sa vie nous était encore totalement inconnue, alors que celle-ci est décédée en 1998. Tout ceci s’est dévoilé à moi, suite à une sérieuse enquête.

R : Comment avez-vous écrit ?

FC : J’écrivais une ou deux pages par jour, ou par nuit ! Avec tous les éléments accumulés et suffisants pour arriver à retrouver des bribes, voire plus, sur la vie de ma si mystérieuse grand-mère.
Ensuite, j’ai essayé de « ranger » dans l’ordre ces feuillets, et j’ai fait en sorte que ça devienne un roman avec une bonne chronologie. Ça ne fut pas très facile, n’ayant jamais  écrit quoique ce soit. Une de mes amies, qui ne connaissait rien à cette histoire, me relisait pour me dire si effectivement tous ces éléments d’enquête mis bout à bout , racontaient correctement ce que j’avais à dire.

« Je me régale des commentaires de mes lecteurs »

R : Quel a été votre moteur ?

FC : Ma motivation était de transmettre à ma famille, à mes descendants, à mes amis proches, à ceux qui ont connu ma grand-mère, cette histoire très touchante.
Malgré tout il restera toujours des zones d’ombre. Je suis très satisfaite du résultat – j’ai eu du mal à insérer des photos, surtout les plus anciennes- mais en fin de compte, je suis ravie d’avoir réalisé ce que je pensais réellement ne pas savoir faire. Merci à vous d’avoir quelque part participé à tout cela. Il m’arrive très souvent de relire ce petit livre, ça fait du bien, et surtout, je me régale des commentaires de mes lecteurs ! En voici quelques uns.

Émouvante et tendre recherche. Ta quête opiniâtre d’un passé familial oublié ou occulté, donne à ton récit une dimension sociale, humaine et sentimentale qui ne peut laisser indifférent. En effet, la rencontre avec ta famille retrouvée est la joie ultime de ce récit sensible et délicat.

Françoise V.

Le puzzle romanesque de destins de femmes

Un test ADN… Le cadeau d’une nièce et fille chérie, exilée à l’autre bout du monde et voilà qu’une cousine apparaît au Canada. L’opportunité pour les deux sœurs et Régis, de sauter dans une machine à remonter le temps et de résoudre ce mystère, en reconstituant le puzzle romanesque de destins de femmes terriblement chahutées par les épreuves de la vie en cette première moitié du XXè siècle…

« une ode à la réconciliation avec sa propre histoire »

… Des dizaines de morceaux de l’histoire d’une Maman et Mamie tant aimées. Et à qui, par délicatesse et affection, on n’avait pas osé poser trop de questions. Puis, au fil des découvertes, l’épopée de Rosiane, belle enfant miraculeusement rescapée de tant de brisures.
Florence (l’auteure), Martine et Maureen, ses trois « nouvelles » cousines lui ont permis de consolider l’édifice de sa vie en lui révélant l’essentiel, son identité.
Quelle réussite ! Ce livre en est le récit précis et illustré, une véritable source d’inspiration. Et pour chacun, une ode à la réconciliation avec sa propre histoire.

Djamila

 » Un beau moment de tendre nostalgie exprimé avec beaucoup de pudeur sur des sujets qu’on n’aborde pas toujours facilement. Mais l’apaisement et la sérénité ont pris leur place. »

Françoise
Un commentaire envoyé par une amie lectrice

« L’auteure a su brosser une vie lisse en surface et tourmentée en profondeur de cette femme hors du commun. »

Dominique

Une autre femme

C’est un livre dont l’expression est touchante, authentique et documentée. Je me suis attachée à Germaine, la grand-mère de ces deux petites filles.
En effet, Germaine a eu le privilège de garder toute sa vie son secret et ses petites filles d’en être protégées. C’est ainsi que votre grand-mère voyait, me semble-t-il, les choses. Nous découvrons une autre femme, à l’identité complexe. Elle se mettait au service de ces deux petites filles, les assurant de sa tranquillité bienveillante et sereine. Rien ne transparaissait.
L’auteur nous plonge, avec intérêt, dans le semblant, le mensonge sublimé et la résignation tranquille. Par conséquent, je ne peux m’empêcher de me poser la question : « qu’auraient été les liens, entre ces deux petites filles et leur grand-mère, si la transmission de Germaine avait été autre » . Mais ça c’est une autre histoire. Nous l’attendons ? au travail ma chère Florence.

Dominique